Ann et Arthur vont traire des vaches !

Ann et Arthur vont traire des vaches !

Depuis 3 mois, on vous partage sur le blog nos aventures à la plage, à la montagne, en ville et vous devez penser qu’on mène la belle vie…

Je dois avouer que ce n’est pas complétement faux, mais ce n’est pas pour autant qu’on se la coule douce tous les jours. Depuis nos débuts en Nouvelle-Zélande, vous avons enchainés le petits boulots tous aussi variés les uns que les autres : faire le ménage dans une auberge de jeunesse, retirer les mauvaises herbes, garder des enfants, aider à construire des sites internet, traire des vaches…

Tout cela grâce à une plateforme appelée HelpX. Contraction de HelpExchange, ce site permet à des hôtes de publier des annonces en spécifiant le type de tâches à effectuer, la localisation ainsi que diverses informations. On peut alors séjourner chez l’habitant sans débourser de frais pour le logement en contrepartie de 4 heures de travail par jour.

Parfois le travail peut se révéler d’une facilité déconcertante et d’autre fois il peut s’avérer être particulièrement pénible (a pain in the ass comme ils disent ici). Aujourd’hui, je vais vous raconter le boulot le plus pénible que nous avons eu l’opportunité d’effectuer.

La traite des vaches, pas comme dans les films

Arthur voulait absolument tenter la « dairy farm experience » pour avoir son lait frais quotidien, dire bonjour aux vaches, conduire le quad… Ann de son côté n’était pas très emballée par l’idée mais a finalement accepté de tenter l’expérience pour mieux comprendre comment fonctionne une ferme laitière. Très vite la réalité va balayer l’idéal qu’Arthur s’était mentalement construit et nous tiendrons uniquement 6 jours !

La traite des vaches se fait 2 fois par jour : 1 fois à 6h du matin et une fois à 16h. Il y a au total 260 vaches à traitre en 1h via un système robot de traite.

  1. Première étape : Il faut enfiler bleu de travail, tablier waterproof et gants médicalisés après quoi nous pouvons entrer dans le couloir central de salle de traite. La salle de traite est impressionnante voir presque intimidante. Le bruit des machines est sourd et les vaches se bousculent pour parvenir aux couloirs latéraux afin d’accéder à la nourriture.
  2. Deuxième étape : On fait avancer les vaches sur les couloirs latéraux, 30 de chaque côté et la traite peut enfin commencer. Le couloir central dans lequel nous sommes est creusé afin que nos mains soient à hauteur de pis.
  3. Troisième étape : Des robots de traite sont suspendus au plafond, il faut les activer un par un et les placer sur les pis de la vache. C’est effrayant car à tout moment une vache peut donner un coup de patte et certaines sont loin d’être commodes…

Le travail se fait à la chaine et sans répit. C’est 1h de travail intense pendant laquelle on se fait littéralement chier dessus. Quand on n’a jamais travaillé avec des animaux de plus de 500 kilos c’est impressionnant et même angoissant. Les accidents peuvent très vite arriver…

Après quelques jours, nous avons su que ce travail n’était pas fait pour nous (bon okay, surtout pas fait pour Arthur).

Comprendre comment marche l’industrie du lait

Même si nous n’avons pas aimé ce travail, l’expérience reste toujours bénéfique. Nous avons eu l’opportunité de mieux comprendre l’industrie du lait et surtout d’échanger avec un fermier sur ces problématiques et la différence entre le marché européen et kiwi. Voici un petit top des trucs qu’on a appris :

  1. Une vache peut vivre jusqu’à 20 ans !

Pourtant en moyenne en Europe, après 5 ans de loyaux services, elles seront transformées en steak. Dans la ferme où nous avons travaillé, les vaches vivaient en moyenne 12 ans avant d’être envoyées à l’abattoir. Sa plus vielle vache était âgée de 17 ans.

  1. Il y a deux types d’insémination.

Pour que les vaches aient des veaux il y a deux méthodes :

  • La naturelle : On va mettre de la peinture sur le dos des vaches et on les laissera dans le champ avec un bœuf. Le lendemain celles qui n’ont plus de peinture sur le dos, sont celles qui ont passé du « bon » temps avec le bœuf.
  • La moderne ou la PMA : les vaches sont inséminées a l’aide de la PMA (Procréation Médicalement Assistée).

Petit rappel pour ceux qui ne le savent pas, pour avoir du lait une vache doit avoir un veau. Les veaux seront séparés de leur mère à la naissance pour devenir des steaks et on récupéra le lait des vaches par la suite. Voilà !

  1. L’industrie laitière, première industrie de Nouvelle Zélande !

Nous connaissons tous ce stéréotype de la Nouvelle-Zélande comme pays des moutons avec plus de moutons que d’habitants sur ses sols. Pourtant l’industrie du moutons après avoir connu un âge d’or dans les années 70 est en perte de vitesse suite à la concurrence de nouveaux acteurs comme la Chine. En Nouvelle-Zélande, l’industrie du mouton a été dépassée par l’industrie laitière qui représente aujourd’hui la première industrie du pays. Cette industrie est tellement importante que la majorité de la production part vers l’étranger. Dans la ferme où nous avons travaillé 95% de la production était pour l’export.

Nous espérons que vous avez apprécié ce billet et que comme nous vous avez appris des choses ! Si quelqu’un voulait se reconvertir pour traire des fermes, personnellement on vous le déconseille !

 

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments